Editions Bim logo

Editions musicales internationales

Votre panier ne contient pas de produits

Charriere Caroline Ave Maria V119
Caroline Charrière
Ave Maria
pour choeur d’hommes (TTBB) a cappella
moyen Latin Durée: 3' Swiss Composers Series

Printed version

V119 Partition de choeur

8,00 CHF

En stock
Caroline Charrière

Caroline Charrière (1960-2018)

Née en 1960 à Fribourg (CH), Caroline Charrière accomplit des études de flûte traversière au Conservatoire de Lausanne (classe de Pierre Wavre), puis auprès du flûtiste Aurèle Nicolet et au Royal Northern College of Music de Manchester (GB). Parallèlement, elle suit des cours d’orchestration et de composition chez le compositeur suisse Jean Balissat et de direction d’orchestre au Conservatoire de...
lire la suite

Audio samples

Ave Maria (digital)

About Ave Maria

Cette pièce calme et fluide à l’harmonie plaisante est, à première vue, écrite dans l’esprit de l’Ave Maria d’un Franz Schubert ou d’un Charles Gounod/Johann Sebastian Bach, pour ne citer que les versions les plus célèbres de cette prière. En y regardant de plus près, on remarque que dans la version de Caroline Charrière, aucun mot n’est répété: à chaque syllabe sa musique. Les deux points saillants de la pièce, à l’inverse, sont écrits dans le style mélismatique: in mulieribus (parmi les femmes) s’étend sur pas moins de sept mesures, les six syllabes étant exprimées par quatorze notes (harmonisées) et renforcées par un crescendo vigoureux. Ce mouvement ascendant puissant n’aboutit toutefois pas à un forte à la fin de la phrase musicale, mais à un pianissimo subito. La compositrice rend ici hommage à Marie en sa qualité de femme et moins en sa qualité de mère. Cette priorité est confirmée à la fin de la pièce, où la voyelle A de l’amen est elle aussi mélismée, conférant à la fin de la pièce une tension dramatique propre à réaffirmer ce qui précède. L‘Ave Maria de Caroline Charrière est aussi un subtil manifeste féministe, une marque d’attachement à Marie non seulement en sa qualité de mère de Jésus, mais aussi de d’individu dans un rôle tout sauf facile.

Au début de sa propre partition, la compositrice a inscrit à la main Prendre du temps et legato. Il s’agit de se poser, de reprendre son souffle, puis de chanter cette prière de manière souple et agile. À la mesure 14, au premier paroxysme avec son piano subito, elle a par ailleurs ajouté la remarque force, puissance, étonnement; la nuance piano symbolise l’acceptation implicite de son sort par Marie, qui accepte sa condition posément. La remarque rayonnement, délivrance à la mesure 36 confirme l’activité salutaire de Marie. L’esprit de l’amen final – ainsi soit-il – est paisible et libéré.

Cette pièce relativement simple du point de vue harmonique constitue une bonne entrée en matière dans l’univers musical de Caroline Charrière. Les frictions de secondes, parfois même de secondes diminuées par subdivision des voix de ténor, sont typiques de son écriture. Les quatre voix sont équivalentes, se mêlant et se démêlant au gré d’accords kaléidoscopiques pour un moment musical heureux et contemplatif.

Irène Minder-Jeanneret

Détails

Instrumentation
TTBB
Composé
2013
Genre
contemporain
Publié
2021
Edition
Editions Bim

Téléchargements

© 2022 Editions Bim & The Brass Press. Tous droits réservés.