Antoine Simon

Simon  Antoine 22 Petits Morceaux D Ensemble Vol 1  Ens183

22 petits morceaux d’ensemble
Volume 1 - Brass Quartets
pour quatuor de cuivres

Simon  Antoine 22 Petits Morceaux D Ensemble Vol 2  Ens184

22 petits morceaux d’ensemble
Volume 2 - Brass Quintets
pour quintette de cuivres

Simon  Antoine 22 Petits Morceaux D Ensemble Vol 3  Ens185

22 petits morceaux d’ensemble
Volume 3 - Brass Sextets
pour 6 cuivres

Simon  Antoine 22 Petits Morceaux D Ensemble Vol 4  Ens186

22 petits morceaux d’ensemble
Volume 4 - Brass Septets
pour 7 cuivres

Antoine Simon (1850-1916)

Les résumés biographiques parus dans les dictionnaires de musique usuels concernant les débuts de ce compositeur et chef d‘orchestre français établi en Russie ne sont pas fiables. Par exemple on y lit qu‘Antoine Jules Simon serait né le 5 août 1850 à Paris et qu‘il aurait acquis son instruction musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Antoine François Marmontel (1816-98), un pédagogue de grande valeur qui avait parmi ses élèves pianistes les  Albéniz, Bizet, d‘Indy, Wieniawski, Jules-Laurent Duprato (1827-92) et autres.

Nos propres recherches n‘ont toutefois révélé aucune trace de notre Simon au Conservatoire de Paris, ce qui signifie qu‘il a tout au plus étudié en privé avec Marmontel et Duprato. D‘autre part, sa date de naissance a peut-être été changée en raison de la différence entre calendrier russe et julien, car aucun Antoine Jules Simon n‘a vu le jour à la date du 5 août 1850 à Paris. Par contre cette dernière date du calendrier grégorien correspond au 24(!) juillet du calendrier julien et c‘est le 25(!) juillet 1850 qu‘un Joseph Antoine Jules Simon est né à Paris, fils de François Simon, „artiste musicien“ et de Marie Renault. Ils vivaient au 71, avenue Rochechouart, assez près du Conservatoire. Cela pourrait être notre musicien.

Joseph Antoine Jules Simon pourrait également être apparenté au tromboniste Antoine-Jean Simon (1807-83), qui fut membre de l‘orchestre de l‘Opéra de Paris, collègue de pupitre du fameux tromboniste soliste Dieppo. Même si ce n‘est qu‘une supposition, malgré la similarité des noms, notre Simon aura certainement été élevé dans un environnement musical. 

Lorsque la France et la Prusse signèrent la paix en 1871, Simon interrompit ses études et émigra à Moscou, où il fut nommé directeur du Théâtre Bouffe.

Dès lors, il prit le nom d‘Anton Juliewitsch Simon. Vingt ans plus tard il commença à enseigner le piano à l‘Ecole de musique de la Société philharmonique de Moscou. En 1897 il obtint le titre de super-intendant de l‘Orchestre du Théâtre impérial (Théâtre Bolchoï) et de directeur musical de l‘Institut militaire Alexandroff, toujours à Moscou. Il s‘est éteint le 1er février 1916 à St. Pétersbourg.