Jules Cerclier

Cerclier Jules 30 Marches Tp244

30 Marches
pour 4 trompettes et timbales ad libitum

Jules Cerclier

Jules Cerclier (1823-1897)

Le peu que l'on sait de Jules Henri Louis Cerclier (1823-1897) vient des archives du Conservatoire National de Paris, son lieu d'étude, puis son employeur. Il est né à Paris le 29 Mai 1823 dans une famille musicienne et baptisé deux jours plus tard en l'Eglise Saint-Sulpice. Il débuta ses études musicales au Conservatoire en 1835 dans les classes de solfège et de violon. De 1842 à 1846, il étudia la trompette avec F. G. A. Dauverné (1799-1874). Cerclier, grâce à son assiduité, obtint les récompenses habituelles, témoignant des progrès accomplis dans ses études. Elles comprennent un "accessit" en 1844, un "Second Prix" en 1845 et finalement un "Premier Prix" pour son exécution d'un Solo de Dauverné. 

Cerclier fréquenta le Conservatoire durant la même période que J. B. Arban (1825-1889 - 2e Prix en 1844 et 1er Prix en 1845).

La vie de Cerclier à l'issue de ses études est mal connue. Dans les années 1850, il semble avoir tenté de devenir chanteur professionnel. 

Le 1er février 1869, âgé de 45 ans, Cerclier commence son travail de professeur de trompette agrégé au Conservatoire où s'élaborait précisément d'importants changements dans le programme des instruments de cuivres. Arban, qui avait été professeur à l'académie militaire de musique était nommé professeur de cornet à pistons presque au même moment. L'engagement de deux professeurs distincts, l'un pour la trompette et l'autre pour le cornet, était une nouveauté résultant des grands efforts d'Arban de moderniser le programme. 

Cerclier se consacra durant 25 ans sans interruption à son enseignement au Conservatoire. Néanmoins, Cerclier s'est vu décerner un certains nombre de titres honorifiques pour son travail au Conservatoire, ce qui laisse supposer qu'il fut un bon, voire un très bon professeur. Il reçut le titre d'"Officier d'Académie" en 1884, celui de "Chevalier de la Légion d'Honneur" en 1888 et à titre posthume celui d'"Officier de l'Instruction Publique" en 1898. 

Cerclier prit sa retraite en 1894, mourut le 15 juillet 1897 et fut enterré à Saint-Germain-en-Laye.